18 morts, deuil national, prise en charge, commission d’enquête …

Vendredi 20 Fevrier 2015 1:50 PM Posted by JUNIAS JEAN JACQUES

Martelly/Lamothe le plus corrompu, selon Steven Benoit 

18 morts et environ 80 blessés, le dernier bilan en date du tragique accident survenu mardi matin au Champ de Mars lors d’une violente surcharge électrique suivie d’une bousculade, au passage du groupe musical Barikad Crew. Entre annulation du dernier jour du carnaval, trois jours de deuil national, prise en charge des victimes et funérailles officielles, le gouvernement a annoncé l’ouverture d’une enquête et la formation d’une structure pour éviter la répétition de pareille situation.

Le pays est en deuil depuis le mardi 17 février 2015. Le retour du carnaval national à Port-au-Prince après trois ans est marqué par la mort de 18 fêtards et environ 80 blessés. Champ de Mars est sous le choc. Il était exactement 2h48 du matin le mardi 17 février quand la plus grande fête populaire du pays allait tourner au drame et au cauchemar. Au passage du char musical de Barikad Crew, le deuxième jour du carnaval, Daniel Darinus alias Fantom, l’un des chanteurs de cette formation musicale, a heurté un câble électrique placé en plein milieu du parcours.

En un fragment de seconde, la tête du chanteur très adulé des jeunes a été exposée aux flammes. La situation a suscité un vent de panique inédit chez les fêtards et les bousculades qui s’ensuivent ont causé la mort de 16 personnes dans un premier temps et deux blessés ont succombé par la suite. Ce qui porte à 18 le nombre de morts selon le bilan officiel qui fait état d'environ 80 blessés. A la suite de cet accident pour le moins regrettable, le gouvernement a annulé le troisième jour des festivités carnavalesques sur tout le territoire. Dans un point de presse à la Primature quelques heures après le drame, le Premier ministre, accompagné de la première dame, Sophia Martelly, et de quelques membres du gouvernement, a décrété trois jours de deuil national les 18, 19 et 20 février.

De concert avec les familles concernées, des funérailles nationales seront organisées le samedi 21 février 2015 au Champ de Mars pour les personnes tuées dans l’accident, a indiqué Evans Paul. Pour clôturer le mardi gras, les autorités ont organisé un défilé en mémoire des victimes où le chef de l’Etat, le Premier ministre, les grands commis de l’Etat et des milliers de gens tout de blanc vêtus ont marché au Champ de Mars. Le gouvernement prendra en charge les victimes et continuera d’assister les blessés, a fait savoir le chef du gouvernement. Les autorités assureront également les funérailles des personnes décédées au cours de l’accident, a-t-il annoncé, soulignant que cette tâche est confiée au ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales. Les mesures d’accompagnement des victimes annoncées par le gouvernement

Dans un communiqué publié mardi après-midi, la Primature a dit apprendre avec une profonde douleur et un immense chagrin la nouvelle de l’accident survenu le mardi 17 février 2015 à l’occasion des festivités carnavalesques. Elle a salué avec « émotion les victimes hospitalisées, avec respect les familles éplorées, avec recueillement et la mort dans l’âme les disparus ». Pour montrer qu’il n’est pas insensible à la douleur des victimes, « l’Etat haïtien, à travers le gouvernement, estime qu’il est judicieux, au nom de la justice et du respect de la personne humaine, d’accompagner les victimes du drame », lit-on dans le communiqué. Les autorités accueilleront en tête à tête les proches des décédés. Elles prendront en charge les soins médicaux et paramédicaux aux victimes hospitalisées

En outre, le gouvernement a annoncé qu’il compte supporter les familles éplorées pendant tout le temps que durera l’incapacité d’activités des victimes alitées. « La décision de supporter les frais de scolarité des progénitures des décédés de l’accident pendant un temps à définir sera accompagnée de la couverture des frais funéraires des disparus », a également promis le gouvernement. Les autorités se disent ouvertes aux propositions des familles victimes et restent à leur disposition pour toute suggestion de mesures supplémentaires pouvant dans la légalité satisfaire leurs désidératas. Le gouvernement annonce l’ouverture d’une enquête

Dans son intervention peu après la proclamation du deuil, le Premier ministre a indiqué à maintes reprises qu’il s’agit d’un accident. Il a annoncé que le gouvernement va constituer « un groupe d’expert pour qualifier ce qui est arrivé ». Evans Paul a appelé le peuple haïtien à la solidarité en reprenant le thème retenu pour le carnaval de cette année : « Nou tout se Ayiti ». Selon un communiqué de la Primature, le gouvernement a annoncé l’ouverture d’une enquête sur les causes de l’accident dans le but de fixer les responsabilités et punir « les éventuels coupables suivant les références légales en cours».

Les autorités veulent éviter ce genre de situation

Des câbles électriques placés en plein milieu du parcours du carnaval, cela ne date pas d’hier. C’est un fait connu de tous. D’ailleurs, alors qu’il était le président du compas en 2007, Sweet Micky, aujourd’hui président de la République, savait dénoncer cette situation avec des mots que lui seul sait utiliser. Une dizaine d’années plus tard, le drame du mardi 17 février a poussé les autorités du pays à comprendre enfin la nécessité de trouver une solution à cette situation. Dans un communiqué publié 24 heures après le terrible accident, le gouvernement a annoncé des « mesures techniques pour renforcer la sécurité de la population lors des grandes festivités publiques notamment le carnaval».

« Dans le cadre du plan de réforme et de modernisation de l'Electricité d'Haïti (EDH), le ministre des Travaux publics, Transports et Communications (MTPTC) est instruit de : faire l’inspection générale des câbles de haute tension par rapport à la sécurité des ménages et la circulation des véhicules, en particulier les convois exceptionnels (trailer, camions…) ; mettre en place un comité d'inspection générale de sécurité publique devant évaluer le respect des normes de sécurité publique par rapport à la distribution des câbles électriques ; utiliser des câbles souterrains dans l’aire du parcours carnavalesque ; aménager un large périmètre de sécurité autour des chars », lit-on dans le communiqué.

« En outre, a ajouté le communiqué de la Primature, pour les festivités publiques telles que les fêtes champêtres et tout autre rassemblement d’envergure, dont le carnaval, les ministères suivants : ministère de la Justice et de la Sécurité publique, le ministère des Travaux publics, Transports et Communications (MTPTC), le Ministère de la Culture (MC), le Ministère de la Santé publique et de la Population sont instruits de : former une commission d'évaluation de la sécurité publique du carnaval de février 2015 pour produire un rapport dans les trente (30) jours ouvrables suivant sa formation ; mettre en place un comité permanent de certification de sécurité publique pour les manifestations carnavalesques et festivités publiques à venir. Ce comité devra produire les normes de sécurité publique à respecter par les acteurs et mettre en œuvre un comité technique pour certifier le respect des normes par toutes les entités impliquées dans la gestion du carnaval (collectivités, groupes musicaux, groupes à pied, etc.) et des festivités sur les places publiques. »

« Le gouvernement de la République veillera à l’application scrupuleuse de ces mesures et prendra d’autres dispositions appropriées selon les circonstances et les événements à réaliser sur toute l’étendue du territoire national. Il ne manquera pas de pénaliser les responsables qui auront failli à leur tâche », conclut le communiqué sur un ton menaçant. La plupart des blessés de l’accident ont pu regagner leurs maisons respectives, ont fait savoir les autorités. Jusqu’à mercredi, il n’en restait que six blessés encore à l’hôpital dont le chanteur du groupe Barikad Crew, Fantom, sur qui tous les projecteurs sont rivés.

 

View Comments