Haïti : Amnesty International appelle le gouvernement d’Evans Paul à privilégier les droits humains

Jeudi 05 Fevrier 2015 7:27 AM Posted by JUNIAS JEAN JACQUES

Martelly/Lamothe le plus corrompu, selon Steven Benoit 

L’organisation Amnesty International encourage le premier ministre Evans Paul à faire de la question des droits humains une priorité, dans une lettre ouverte, rendue publique le 2 février 2015, et consultée par l’agence en ligne AlterPresse. L’État reste « tenu de respecter et de promouvoir pleinement les droits humains pour tous en Haïti », même si « la priorité énoncée par votre gouvernement soit l’organisation d’élections locales et parlementaires n’ayant que trop tardé », estime Amnesty International. L’organisation de ces élections, en retard depuis 2011, est annoncée avant la fin de l’année 2015, pour tous les postes électifs, sauf 10 au Sénat.

S’attaquer en priorité à la question des droits humains est crucial dans le contexte politique actuel et dans les circonstances relatives à la reconstruction après le séisme du 12 janvier 2010, explique l’organisation de défense des droits humains, qui exige du gouvernement actuel la garantie du droit à la liberté de réunion pacifique. Elle cite en exemple un nombre croissant de cas d’usage excessif et injustifié de la force par la police haïtienne mais aussi des casques bleus de l’Organisation des Nations Unies pour disperser des manifestations, faisant souvent de nombreux blessés et parfois des morts.

Malgré l’ouverture d’enquête dans certains cas, aucun agent de sécurité ou autre autorité n’a fait l’objet de poursuites pénales pour avoir participé à ces incidents, déplore-t-elle. Plusieurs secteurs et organisations, dont le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh), ont aussi condamné des actes de violences orchestrées lors des récentes manifestations anti-gouvernementales, mais pas spécialement par les forces de l’ordre.

« Votre engagement à respecter le droit de manifester pacifiquement, exprimé lors d’une rencontre avec des diplomates des États-Unis le 21 janvier (2015) » doit se traduire par « des mesures concrètes permettant aux victimes d’obtenir justice » dans le contexte actuel d’instabilité et de dissidence généralisée, souhaite Amnesty International. Protéger les défenseurs des droits humains, garantir l’indépendance de la justice et promouvoir le droit à un logement décent figurent dans les recommandations faites par l’organisation internationale.

 

View Comments